14 mai 2007

Faut se calmer sur les chiffres...

Sarkozy est élu mais personne n'est encore entré de plein pied dans la France d'après. La bataille des législatives commence, avec les mêmes méthodes que celles employées pour la présidentielle: mensonges, coups bas et censure.

PS : La victoire perpétuelle
medium_attach_4

Royal, comme Bayrou, n'a toujours pas compris les chiffres. Pour prendre le contrôle d'un PS en fin de vie - on attend avec impatience le nouveau nom - en infirmière tout de blanc immaculé vêtue, se réclame d'une force de 17 millions de voix. Dommage, Sarkozy peut se réclamer de 2 millions de plus, et ces 17 millions ne sont pas représentatifs de toute façon. Mobilisés par le TSS, une grande partie de ses électeurs ont voté "contre" un projet et ne se sont pas laissés embobiner dans un pacte présidentiel qu'il sera difficile de transformer en pacte législatif. Les hiérarques du parti sont plus loins de Ségolène que Sarko ne l'est de Védrine, Kouchner ou Allègre, mais le nouveau slogan du PS traduit la même volonté d'adhérer autour d'un nouveau référundum Anti-Sarko: "La gauche qui agit (difficile quand on n'a pas le pouvoir depuis 1995, où alors il faut se réclamer du bilan de Chirac), la gauche qui protège (du Sarkozysme fascisant)".

Or, une partie des composantes de feu-la gauche plurielle, rassemblée malgré elle autour de la fille de colonel le 6 mai, ne souhaite pas -à juste titre- se resservir de méthodes qui n'ont pas fait leurs preuves. DSK, galvanisé par la campagne navrante de sa concurrente, est désormais jugé le mieux placé pour faire bouger les lignes par les français. Les verts, même s'ils ne servent plus que de symbole, viennent de lâcher le PS. La LCR envoie 500 rouges bousculer l'ordre juste. La gauche ne respire pas la franche camaraderie... En réponse, Hollande, le paradigme de l'efficacité politique, promet des "assises" pour la refondation du PS... Ségo marche, vole, lévite au-dessus de la mêlée, et fait preuve d'une constance remarquable en affichant sa victoire (mais laquelle?), comme elle l'a fait tout au long de la campagne et le 6 mai au soir.

Bayrou = Second Life.
bay2

Une semaine après le lancement du Modem, Bayrou pavoise malgré toute sa solitude, que la presse étale pourtant au grand jour. Le centriste est grisé par le chiffre de la semaine: 52.000 inscrits sur son site Internet. Mais est-ce qu'une force équivalente à 40% de l'électorat de Schivardi le 22 avril est légitime pour affirmer l'existence d'une troisième voie politique en France? D'autant plus qu'il ne faut pas oublier que la blogosphère s'est largement entichée de Bayrou, vote-poubelle du scrutin pour tous les républicains qui ont eu peur de Sarko et ne se sont pas laisser berner par le sourire forcé de Ségo.

graphe32

Face à l'écrasante victoire de Sarko, méthode Coué chez ses adversaires: tout le monde a gagné. Avec un tel état d'esprit, il ne faudra pas pleurer si la France se prend 20 ans de droite. Une nouvelle forme de faire de la politique est en train d'émerger: au lendemain d'une élection, ne pas tirer de conséquence du résultat (comme celui du 29 mai), mais passer directement à la préparation de la prochaine échéance. La démocratie souffre....

Hola Sarko
France_Sarkozy

Il a validé les critiques contre lui au sujet de ses relations avec les médias et les riches avec l'épisode du Fouquet's et du Paloma. Il a donné un avant-goût de l'Etat policier avec les multiples bavures et les attaques gratuites dans les banlieues, qui sont en train de devenir le punching ball donc le garant de la politique la plus droitière de Sarko (l'épisode d'Aulnay-sous-Bois - ). Il a confirmé ses talents de démago en se rapprochant de Kouchner, une des figures du Mai 68 qu'il comptait liquider. A présent, l'épouvantail de la censure plane...Voilà que tout est mis en oeuvre pour ne pas ébruiter le faît que Cécilia n'a pas voté le 6 mai. Elle aurait même fait chambre à part au Fouquet's... Cela relève en effet de la vie privée, comme se justifie Jacques Espérandieu, directeur de la rédaction du JJD, propriété d'Arnaud Lagardère. Le numéro hagiographique de Paris Match consacré à la soirée du nouveau président le 6 mai, pas politique pour un sou, n'a pourtant pas eu le même traitement. Sarko a toujours utilisé la "sphère privée" pour servir sa carrière, alors qu'il ne s'étonne pas si cela se retourne contre lui de temps à autre. Il doit jouer le jeu et accepter une communication "closer" dans les deux sens.

En copiant ses méthodes, la gauche pourrait retrouver le chemin de la victoire: Hollande et Royal (qui s'est déjà largement servie de sa vie privée pour sa communication) se mettent à courir idéologiquement après Sarko: ils attaquent en justice les journalistes du Monde qui ont écrit un livre sur leur couple...

Posté par lecomtedelieura à 21:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Faut se calmer sur les chiffres...

Nouveau commentaire