26 avril 2007

La farce de toutes nos forces

La France de toutes nos forces vient de se changer en une petite semaine en la couverture médiatique de toutes nos forces, et ce revirement signe le retour fracassant de Bayrou dans la politique politicienne. A le voir jubiler dans les médias comme il le fait, on dirait qu'il vient d'être élu président. Pourtant, en repensant à ses certitudes d'être au second tour il n'y a pas plus tard qu'une semaine à Bercy, il aurait dû retourner se cacher dans son Béarn. Même Le Pen s'est montré plus digne que lui dans la défaite.

bayroumedias

Le début de l'entre-deux-tours aura au moins démontrer qu'il est un sacré menteur. Mettre en avant ses 7 millions d'electeurs comme l'argument de son retour est tout simplement outrancier. Il n'aurait jamais fait un tel score si la personnalité des deux favoris n'avait pas été si controversée, et son électorat est aussi friable qu'il était indécis. Il a fait en sorte que son discours d'hier soit attendu comme la parole du Messie, alors que son non-soutien officiel était un non-évènement. Bayrou est amoureux de la scène médiatique, à la différence de Sarko ou de Ségo qui s'en servent avant tout comme un outil politique.

_20TV_20LCP_20F_20Bayrou

Bayrou a attaqué les deux finalistes sur leur programme, en en rajoutant une couche sur la personnalité de Sarko.  Or, le programme, surtout quand il est mal ficelé, n'est qu'un détail qui se corrigera facilement au cours du stupide débat qui aura lieu sur Canal samedi, surtout dans une campagne qui est un concours de personnalité à l'américaine. Tout le monde aura bien compris que Bayrou déteste avant tout profondement Sarkozy. Pourquoi l'affaire du pacte anti-Chirac qui lui aurait été proposé ne sort que maintenant ? Le contentieux est personnel, et c'est Ségo qui lui permettra d'occuper la scène médiatique encore un peu plus longtemps.

debatsdeuxboulets

Les socialistes se sont empréssés d'interpréter son discours comme un soutien à Ségolène ; ils en ont bien besoin face au kärcher Sarkozy.

couvfrancesoir

Son nouveau parti est un coup de pub supplémentaire, un effet d'annonce politico-politicienne. Il a d'ailleurs piqué l'idée au roublard Schivardi (à dans 5 ans mon gégé). Rien n'a été mis en place pour ce parti: Bayrou, le candidat Internet-friendly, n'a pas vérifié, mais le nom de site web "parti démocrate" a déjà été déposé. Dommage.

LeWeb3_20bayrouLLM

Qu'il en profite encore quelques jours et qu'il disparaisse pour laisser place au vrai débat de second tour, qui s'annonce prometteur. Ségo fait enfin de la politique, depuis qu'on attendait ça. Hier sur France 2, elle a parlé de propositions. La "morale de l'action" et autres niaiseries ont disparu de sa bouche, même si une partie de ses propos était un copier-coller de la profession de foi du Bayrou du premier tour (le boycott des JO en Chine). Le PS rattrape enfin son retard sur l'UMP, qui il est vrai, avait pris 4 ans d'avance.

affichesegodeuxiemetour

On avait des doutes sur le charisme de Bayrou, maintenant on en est sûr, il n'a pas la stature d'un homme d'état. Pour les législatives à venir, ses représentants reprendront leurs petites manoeuvres au niveau local, en s'alliant à droite-à gauche. Les électeurs, moins indécis, voudront de toute façon donner une forte majorité au futur président. Ce sera la fin du moment Bayrou. Encore une fois, bravo à la démocratie française: même la révolution orange en Ukraine aura duré plus longtemps.

bayrouvoiture

Posté par lecomtedelieura à 20:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur La farce de toutes nos forces

Nouveau commentaire