11 avril 2007

La Foire du trône élyséen

Sans vouloir tomber dans la théorie du complot, l’histoire du policier mort à la foire du trône est à suivre de TRES près. La première déclaration de Nicolas Sarkozy attire tous les soupçons de magouille. Selon l’AP, il voit dans la mort d'un policier à la Foire du Trône le signe de la "violence qui est partout". Empêtré dans ses problèmes sur l’eugénisme, il se recentre sur les thèmes dont il a réussi à faire sa marque de fabrique malgré un bilan de ministre désastreux en matière de violences aux personnes.

2007_04_11T110334Z_01_NOOTR_RTRIDSP_3_OFRTP_FRANCE_JUSTICE_POLICE_20070411

Cette histoire l’arrange. Son sens de la provocation, ajoutée à un programme qui dresse les électeurs les uns contre les autres, sont d’ailleurs son principal appel du pied aux électeurs FN, bien plus que ses propositions.

On ne peut démentir la stature présidentielle de Nicolas Sarkozy, et c’est bien ce qui est inquiétant. Il sait faire preuve d’une dose de machiavélisme qui le place dans la lignée d’un Mitterrand « suicidant » le trop bavard et dérangeant François de Grossouvre. La vie d’un général ne coûte pas chère par rapport au destin d’un empereur, alors celle d’un fantassin...

mitt

Le talent oratoire du candidat UMP en fait un champion de la désinformation. Il tournera forcément l’événement de la foire du trône à son avantage, comme il l’avait fait pour émeutes de Novembre 2005 en sortant de faux-rapports sur les « bandes ethniques » et la mort de Zyed et Bouna, martelant que sa sérénité avait évité les victimes (alors qu’il y a eu deux morts). Il est sorti grandi des violences de la gare du Nord en plaçant ses adversaires directs dans le camp des fraudeurs, à grand renfort d’un François Baroin qui a choisi soigneusement ses chiffres.

swisstxt20070328_7663604_2

Enfin, Sarkozy aurait été responsable de la désinformation suite à la catastrophe de Tchernobyl en tant que chargé de mission au ministère de l'intérieur pour la lutte contre les risques chimiques et radiologiques, d’après le texte « Qui suis-je ? » qui circule sur Internet, media dont le contenu compte quand même 5% d'informations fausses (d’après le GAO (Government Accountability Office) en 2005) mais qui a le mérite de soulever des questions sur les vraies zones d'ombre des candidats:

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-894265,0.html

A la différence du Canard Enchaîné qui vient de "révéler" que Sarko aurait passer un accord "impunité judiciaire contre soutien" évident avec Chirac. Les informations sur le patrimoine des candidats, qui n'intéressaient que 20% des français, ne les a pas fait changer de stratégie. Un bon coup de pub en pleine campagne, ça ne mange pas de pain, mais ça ne ressuscitera pas la presse écrite.

obs7

Il est vrai qu'entre les drapeaux de Ségolène et son hystérie selon Sarko, Le Pen à Argenteuil à 10H du matin et Bayrou victime de l'effet d'annonce des sondages à outrance, la campagne vole bas…mais le problème ne viendrait-il pas de sa couverture ? Qui a entendu parler de la proposition de Ségolène de mettre un garde du corps à chaque prof ? On a laissé s'enterrer l'histoire du Contrat Première Chance parce que la droite n'a pas pu sortir de petites phrases, handicapée par l'épisode du CPE. Mais que font les médias? Ils protègent quelqu'un?

Posté par lecomtedelieura à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur La Foire du trône élyséen

Nouveau commentaire